Français
Clubbism  est une installation vidéo qui appartient au registre de l’Anticipation. Elle est présentée sous la forme de multi-projections dans une salle obscure.
L’histoire se déroule dans un futur proche. Les années 2250. La troisième mouvance spirituelle sur terre est nommée « Clubbism ». Un culte qui allie la discothèque à la spiritualité. Cette «religion» dans les faits se rapproche de certaines idées du soufisme ou du bouddhisme. Les adeptes cherchent à ressentir l’éternité et l’absolu chaque week-end à travers la danse et l’absorption de la Soupe Clubbiste. 
La narration se déroule de plusieurs manières:
une première vidéo dépeint une cérémonie Clubbiste parmi d’autres. Esthétisante elle arbore une forme de vidéo promotionnelle. Les textes présents à l’intérieur sont des détournements de réels slogans religieux que l’on trouve sur les réseaux sociaux sous la forme de textes-images.
Sur deux autres écrans, se succèdent des portraits de personnages sous lesquels leurs témoignages racontent leur parcours de vie et les raisons qui les ont poussés à se tourner vers ce culte..
Les textes s’inspirent de déclarations intimes trouvées sur des forums internet. Ils faisaient du prosélytisme pour diverses religions.
J’ai  effectué un travail de réécriture, pour superposer ces confidences à l’univers du Clubbisme.
English
"Clubbism" is a science fiction video installation. It should be displayed on multi-projection in an obscure exhibition room.
The story takes place in the near future. The year 2250. During this era, the third spiritual dogma on Earth is called «Clubbism». A cult that combines nightclub to spirituality. This «religion» is connected in some ways to Buddhism or Sufism. Every weekend, the followers look for a feeling of eternity and absolute through dance and the absorption of the Clubbist Soup.
The narrative is developed in many ways.
The first film depicts a typical clubbist ceremony.
Using aesthetic, it takes the form of a promotional video. The text appearing between some shots are diverted sentences of real religious slogans appearing on social media, in image/text content.
Two other screens show portraits of characters captioned with their personal stories. These testimonies explain their life trajectories and why they chose to join this cult. 
The textual content is inspired by personal testimonies found on Internet forums. They were making proselytism for some religions.
I rewrote those stories to mix them into the universe of clubbism.

Shows
2018
• Self Parade, centre culturel municipal, Liévin, France.
• Clubbism, Klassified Festival, Oppidum du Col d’Èze, France.

• No Man is an Island, Jardin Exotique, Monaco.

Clubbism : Interview part 1

Clubbism : Interview part 2

Clubbism

Milieu du XXIII° siècle après J-C, le troisième dogme spirituel en terme de fidèles est maintenant le Clubisme.

Réunion de la communauté. Sur un fond de musique entêtante, les adeptes, lancinants, dansent. Les corps et les visages sont bardés de paillettes de couleurs.
Proclamation de la parole. Surélevé, un gourou masqué derrière ses platines harangue ses partisans. Les likes pleuvent, la grand messe électro commence. Transe, allégresse, exaltation, les mains et les corps s’agitent dans une ambiance électronique.
Eucharistie. Un récipient tenu par l’officiant calme le rythme et l’heure est à l’introspection et au voyage mental.

Dans un style quasi-documentaire, Jérémy Griffaud propose en contrepoint de son installation Clubbism une série de dessins. 2muchFUN se fait la vitrine d’une religion vécue au quotidien par ses adeptes: un Jésus Christ superstar sur scène avec light show et aérobic, un femme en lévitation en dessous d’une boule à facettes disco, une foule colorée, joyeuse et fêtarde.

L’artiste questionne ici la religion d’une part, la notoriété et le culte de la personne d’une autre. Si dans les années 1970 Eric Clapton était surnommé God (« Dieu »), l’image de l’artiste-tout-puissant n’a cessé de croîtreet les mises en scène sont légions.
Parti d’un travail de terrain et de dialogue avec les djs, Jérémy Griffaud nous livre l’image d’une religion où les cathédrales, les messes, les officiants et les chants ont peut-être changé de formes, mais pas de message :

“Forget anything that brings you / STRESS and SORROW
Happiness is / being a Clubbist
Indeed, the CLUB will not change the condition of a people
Until they change what it is in themselves”



Texte: Thomas Caillères
2017
Back to Top