Français


Dans cette installation interactive, il est possible de faire
une série de vingt abdominaux tout en regardant un film
d’animation où des arbres font eux aussi de la musculation.
Des vélos statiques, des tapis de course et des rameurs sont disposés dans
l’espace, prêtes à l’emploi et théâtralisées parmi les dessins.
Des tentures camouflages sont disposées pour habiller l’espace.

Le visiteur est invité à marcher sur un tapis de course à partir duquel il se retrouve plongé dans un paysage vidéo immersif projeté face à lui. Le paysage est une boucle sans début ni fin qui montre un travelling dans un paysage fantastique. Le spectateur marchant sur la machine à la sensation de se déplacer à l’intérieur de ce paysage qui montre pour citer quelques exemples des buissons soulever des haltères et des arbres tatoués s’étirer.

Des slogans encourageants apparaissent dans une autre vidéo. Elle a pour but d’accroître la motivation du visiteur. Sous la forme d’une animation de texte digitale cette vidéo indique : «You have no excuse» (trad: tu n’as aucune excuse), «Fix a limit & break it with violence» (trad: Fixes toi une limite et détruit la avec violence) ou «Backstab your weakness» (trad: donne des coups de couteaux dans le dos de ta faiblesse) motivations ambivalentes et agressives.
Décontextualisées et modifiées, ces phrases proviennent initialement de pages de réseaux sociaux qui diffusent du contenu sensé encourager et inciter à une pratique sportive intense.

Une troisième vidéo, Landstrength est composée d’une succession de trois courtes animations réalisées à partir de dessins à l’aquarelle et de photographies d’environnements naturels trouvées sur d’internet recomposées. L’ensemble montre des paysages « puissants », des arbres « musclés » ou encore des massifs montagneux « guerriers ».

Dans cette installation le monde végétal est bodybuildé, prêt à se battre ou à s’exhiber. J’utilise le culte du corps et la pratique intensive de la musculation comme un matériau et un langage.
Je m’inspire de la manière dont certains individus mettent parfois en scène leur corps face à un miroir ou encore sur les réseaux sociaux.
Je cherche à mettre en relation cette conception radicale de l’être qui oscille entre hygiène de vie parfaite et un mode d’existence intimidant avec la problématique contemporaine de la préservation de la biodiversité.
English

Enlarge Yourself
In this interactive installation, it is possible to do a series of twenty abdominal workouts while watching a movie where trees also attempt bodybuilding.
Static bikes, treadmills and rowing machines are set up in space, ready to use. They are displayed in a theatrical way among Griffaud's drawings.
Camouflage drapes are arranged to fill the physical display space.

Visitors are invited to walk on a treadmill from which they find themselves immersed in a video landscape projected in front of them. The landscape is a loop, without beginning or end, that shows a travelling shot in a fantastical landscape. The viewer walking on the machine has the sensation of moving within this landscape, which shows, for instance, bushes lifting weights and tattooed trees stretching.

Encouraging slogans appear in another video. It is intended to increase the visitor's motivation. In the form of a digital text animation, this video displays : "You have no excuse", "Fix a limit & break it with violence" or "Backstab your weakness" - ambivalent and aggressive motivations.
Decontextualized and modified, these sentences initially come from social network pages that broadcast content supposed to encourage and incite intense sports practice.

A third video, Landstrength, is composed of a succession of three short animations made from watercolor drawings and photographs of natural environments found on the internet. The whole shows "powerful" landscapes, "muscular" trees or "warlike" mountain massifs.

In this installation the plant world is bodybuilt, ready to fight or to show off. Griffaud uses the cult of the body and the intensive practice of bodybuilding as a material and a language.
Griffaud is inspired by the way some individuals sometimes stage their bodies in front of a mirror or on social networks.
He tries to relate this radical conception of being, which oscillates between a perfect lifestyle and an intimidating way of life, to the contemporary problem of preserving biodiversity.
Back to Top